Eglise Saint-Laurent

L’église de Cessens

Au centre du Chef-Lieu se dresse l’église du village, couronnée de son clocher à bulbe. Il abrite une cloche en bronze du XVIIIème siècle classée monument historique.

L’église de Cessens dans l’histoire

Jusqu’en 1749, c’est une petite chapelle qui s’élevait sur la place du Chef-Lieu, tandis que les messes étaient célébrées dans l’ancienne église, située sur l’emplacement de l’actuelle chapelle Notre Dame de la Salette.

Comme l’état de délabrement de cette ancienne église était prononcé et que les paroissiens et leur curé avaient fort envie de voir leur lieu de culte se rapprocher (cela leur éviterait de longues marches quotidiennes), il fut décidé en 1749 de placer l’église au centre du village. Un nouvel édifice fut alors construit sur la place, à partir de la chapelle existante. Vite devenue trop petite face à l’augmentation rapide du nombre d’habitants, l’église fut agrandie en 1815, date à laquelle elle s’enrichit de son clocher à bulbe. Puis, toujours pour les mêmes raisons démographiques, un nouvel agrandissement vint modifier la structure de l’église en 1838, époque qui vit naître la plupart des églises des alentours. Finalement, de nouveaux travaux entrepris en 1903 donnèrent à l’église de Cessens sa superficie et son aspect actuels.

Depuis lors, l’église a été rénovée mais n’a plus changé d’aspect.

Saint Laurent de Rome

L’église de Cessens est placée sous le patronat de Saint Laurent de Rome ou Saint Laurent-Martyr, originaire d’Aragon (Espagne) et diacre de Rome au IIIème siècle. Pendant la papauté de Sixte II, Saint Laurent devint le gardien des biens de l’Eglise, qu’il distribua allègrement aux pauvres. Après la promulgation d’un édit interdisant la pratique de la religion catholique, le pape et les diacres de Rome furent arrêtés et mis à mort. Saint-Laurent fut épargné et sommé de livrer au préfet les richesses de l’Eglise : il réunit alors les pauvres et les infirmes de la ville et les présenta devant les autorités comme étant le seul trésor de l’Eglise. Pour cette effronterie, Saint Laurent fut condamné à être torturé à mort (il aurait été brûlé sur un gril).

Dès lors, érigé en tant que martyr, il devint le patron des pauvres. On le célèbre à travers l’Europe le 10 août en allumant un feu.

Son culte ne se développa pas beaucoup en France, hormis dans les Alpes, sans doute en raison leur proximité avec l’Italie.

 

 

Les commentaires sont fermés