La Croix des mariages

La Croix des mariages

Sur la route du Sapenay, au pied d’un sentier menant sur les hauteurs de Cessens, se dresse une jolie croix en pierre, érigée au début du XIIème siècle en souvenir des moines de Hautecombe.

La première Abbaye de Hautecombe

Avant de s’établir sur les bords du lac du Bourget, c’est à Cessens que des moines bénédictins de l’Abbaye d’Aulps (Haute-Savoie) vinrent s’installer. En 1101, à la recherche d’un lieu isolé qui leur permettait de se consacrer à la prière, les moines découvrirent le plateau de Paquenot, situé entre les hameaux actuels de Topy et de Granges. C’est là, sur une butte qu’ils appelèrent Hautecombe, qu’ils établirent leur prieuré : le prieuré de Hautecombe. Ils y menèrent une vie solitaire pendant une trentaine d’années. Il est dit que le passage sur la voie alors très fréquentée du Col du Sapenay nuisait à leur mode de vie monastique et qu’ils envisagèrent donc de trouver un lieu plus calme et plus propice.

En 1135, Saint Bernard, de passage chez les moines de Cessens, eut une vision : il vit une lumière s’élever de l’actuel monastère et se diriger vers Charaïa, situé de l’autre côté du lac du Bourget. Il conseilla aux moines de suivre ce signe divin. C’est ainsi que les moines partirent s’installer sur l’emplacement de l’actuelle Abbaye de Hautecombe, qui porte le nom de leur prieuré d’origine.

La légende de la croix des mariages

C’est avec regret que les habitants de Cessens apprirent que les moines avaient l’intention de quitter le village. Aussi, décidèrent-ils de les accompagner sur quelques kilomètres le jour de leur départ. Au moment de la séparation, le prieur distribua de l’argent aux filles les plus pauvres et les plus vertueuses, afin de constituer leur dot. Il espérait qu’ainsi, elles et leurs futurs enfants continueraient de prier longtemps pour les moines. Il forma une croix avec des rameaux, la planta au bord du chemin et dit :

Agenouillons-nous au pied de la croix et que ce signe nous recommande à votre souvenir chaque fois que vous le verrez sur le bord du chemin.

Plus tard, les habitants décidèrent d’ériger une croix en pierre à cet emplacement. Au fil des siècles, de nombreuses jeunes filles vinrent s’y agenouiller et prièrent dans l’espoir de trouver un époux.

Les commentaires sont fermés